mercredi 17 octobre 2012

Après l’esclavage, le 17 octobre 1961… La coupe de la repentance déborde !


En reconnaissant la responsabilité de l’Etat et en rendant hommage aux « victimes » de la manifestation interdite du 17 octobre 1961[1], François Hollande s’est comporté en militant sectaire, non en président de tous les Français. D’autant plus que, pour les historiens de métier, les prétendus « massacres » du 17 octobre 1961 constituent un tel exemple de manipulation qu’ils sont étudiés comme un cas exemplaire de fabrication d’un mythe ; comme Timisoara en Roumanie, comme les « couveuses » au Koweit ou encore comme les « armes de destruction massive » en Irak !!!

Tout repose en effet sur des chiffres gonflés ou manipulés et sur des cadavres inventés. Dans une inflation du nombre des morts, les amis du FLN algérien et les porteurs de valises communistes ont ainsi joué sur les dates, additionnant aux 3 morts avérés du 17 octobre ceux des jours précédents ainsi que les décès postérieurs. Pour eux, tout Nord Africain mort de mort violente durant le mois d’octobre 1961 est forcément une victime de la répression policière…même les victimes des accidents de la circulation.

Il est possible d’affirmer cela sans crainte d’être démenti car :

- En 1998, le Premier ministre de l’époque, le socialiste Lionel Jospin, constitua une commission présidée par le conseiller d’Etat Dieudonné Mandelkern qu’il chargea de faire la lumière sur ces évènements. Fondé sur l’ouverture d’archives jusque là fermées, le rapport remis par cette commission fit litière des accusations portées contre la police française[2]. Or, ce rapport consultable sur le net n’a visiblement pas été lu par François Hollande.

- En 1999, Jean-Paul Brunet, universitaire spécialiste de la période, publia un livre extrêmement documenté qui démontait la thèse du « massacre » du 17 octobre (Brunet, J-P., Police contre FLN. Le drame d’octobre 1961.Paris).

- En 2003, le même Jean-Paul Brunet publia un nouveau livre (Charonne, lumière sur une tragédie.Paris) dans lequel il démontrait que le prétendu « rapport de police » faisant état de 140 morts le 17 octobre, document qui sert de point de départ à J.L Einaudi, auteur du livre sur lequel repose toute la manipulation (Octobre 1961, un massacre à Paris), n’a jamais existé.
Reprenant la liste des morts donnée par Einaudi, il montre également que la majorité des décès remonte à des dates antérieures au 17 octobre et il prouve que ce dernier a manipulé les chiffres, additionnant les cadavres non identifiés reçus à l’Institut Médico Légal au nombre des disparus et même (!!!) à celui des Algériens transférés administrativement en Algérie après qu’ils eurent été arrêtés le 17 octobre. Il montre enfin qu’Einaudi a compté plusieurs fois les mêmes individus dont il orthographie différemment les noms…
Monsieur Hollande pouvait-il ignorer tout cela ? Si oui, la nullité ou l’aveuglement militant de ses conseillers laisse pantois.

Quel est donc le vrai bilan de cette manifestation ?

- Le 17 octobre 1961, alors que se déroulait dans Paris un soi-disant massacre, l’Institut Médico Légal (la Morgue), n’a enregistré aucune entrée de corps de « NA » (NA= Nord Africain dans la terminologie de l’époque).
- Le 17 octobre 1961, de 19h30 à 23 heures, il n’y eut qu’une seule victime dans le périmètre de la manifestation et ce ne fut pas un Algérien, mais un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21h devant le cinéma REX, crâne fracassé. Par qui ?
- En dehors du périmètre de la manifestation, « seuls » 2 morts furent à déplorer, Abdelkader Déroues tué par balle et retrouvé à Puteaux et Lamara Achenoune tué par balle et étranglé, gisant dans une camionnette, également à Puteaux. Rien ne permet de dire qu’ils furent tués par les forces de l’ordre.

Le 18 octobre, à 04 heures du matin, le bilan qui parvint à Maurice Legay le directeur général de la police parisienne fut donc de 3 morts. Nous sommes donc loin des dizaines de morts et de « noyés » auxquels l’actuel occupant de l’Elysée a rendu hommage !!!

Certes, nous dit-on, mais les cadavres ont été déposés à la morgue les jours suivants. Faux, car ce n’est pas ce qu’indiquent les archives de l’Institut Médico Légal de Paris puisque, entre le 18 et le 21 octobre, « seuls » 4 cadavres de « NA » furent admis à la Morgue :
- Le 18 octobre, Achour Belkacem tué par un policier invoquant la légitime défense et Abdelkader Benhamar mort dans un accident de la circulation à Colombes.
- Le 20 octobre, Amar Malek tué par balles par un gendarme.
- Le 21 octobre Ramdane Mehani, mort dans des circonstances inconnues.

Nous voilà donc bien loin des 100, 200 ou même 300 morts « victimes de la répression » avancés par certains et pour lesquels M. François Hollande a reconnu la responsabilité de la France !!!
D’autant plus que le « Graphique des entrées de corps « N.A » (Nord-africains) par jour. Octobre 1961 »[3], nous apprend que du 1° au 30 octobre 1961, sur les 90 corps de « NA » entrés à l’Institut Médico Légal, la plupart étaient des victimes du FLN.
Plus encore, pour toute l’année 1961, 308 cadavres de « N.A » entrèrent à l’IML, la plupart ayant péri dans la guerre inexpiable que le FLN menait contre ses opposants partisans de l’Algérie française ou du MNA de Messali Hadj. Ainsi, au mois d’octobre 1961, sur les 34 cadavres de « N.A » retirés de la Seine ou de la Marne, notamment aux barrages de Suresnes et de Bezons puis conduits à l’IML, la quasi totalité étaient des harkis, des partisans de la France ou des membres du MNA, une des méthodes d’assassinat du FLN consistant à noyer ses opposants. La police française n’est pour rien dans ces noyades.

François Hollande devra donc rendre compte au tribunal de l’Histoire car il a couvert de son autorité un mensonge, une manipulation, un montage grossier qui va être utilisé contre la France par ceux que son ministre de l’Intérieur a qualifiés d’ «ennemis de l’intérieur ».

Pour en savoir plus :
- Brunet, J-P., (2002) « Enquête sur la nuit du 17 octobre 1961 ». Les Collections de l’Histoire, hors série n°15, mars 2002.
- Brunet, J-P., (2008) « Sur la méthodologie et la déontologie de l’historien. Retour sur le 17 octobre 1961 ». Commentaire, vol 31, n°122, été 2008.
- Brunet, J-P., (2011) « Combien y a-t-il eu de morts lors du drame du 17 octobre 1961 ? ». Atlantico, 17 octobre 2011.

Bernard Lugan
17/10/12


[1] Voir à ce sujet le dossier spécial de l’Afrique réelle, novembre 2011 intitulé Pour en finir avec le mythe du « massacre » des Algériens à Paris le 17 octobre 1961.
[2] « Rapport sur les archives de la Préfecture de police relatives à la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961 ». Rapport établi à la demande du Premier ministre, M. Lionel Jospin et remis au mois de janvier 1998 par M. Dieudonné Mandelkern président de section au Conseil d’Etat, président ; M. André Wiehn, Inspecteur général de l’administration ; Mme Mireille Jean, Conservateur aux Archives nationales ; M. Werner Gagneron, Inspecteur de l’administration. En ligne.
[3] Voir l’Afrique Réelle, novembre 2011.

35 commentaires:

  1. Il faut envoyer ce texte à tous les députés, ministres, journalistes, commentateurs de France. Il faut le diffuser sur tous les forums de discussion historiques.

    RépondreSupprimer
  2. Je n ai pas attendu plus de 12 heures avant que ne vous reagissiez à cette faute historico politique.... Me rappelant l Afrique réelle de novembre 2011.. Je me doutais que vous répondriez très très vite à cette repentance..

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir,

    Merci pour cette mise au point salutaire. Voir le mensonge s'étaler de manière si éhontée et les politiques s'y vautrer a quelque chose de terrifiant. Malheureusement, ça ne touche pas que l'aspect historique. La complaisance des médias et son absence d'esprit critique est absolument écœurante. Notre pays, autrefois réputé pour sa raison, est tombé bien bas. Je ne suis pas sûr qu'il puisse s'en relever.

    RépondreSupprimer
  4. le lien vers le "Rapport sur les archives de la Préfecture de police relatives à la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961" est ici :
    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/984000823/0000.pdf

    RépondreSupprimer
  5. Merci mille fois Monsieur Lugan.

    RépondreSupprimer
  6. Ne pourriez vous pas appeler RMC info car BOURDIN affirme que tous les historiens sont d'accords sur les massacres de 1961. Il faut être sur tous les fronts pour apportez les vérités !! merci pour votre travail !

    RépondreSupprimer
  7. Mon père, engagé pour la durée de la guerre, combattant, prisonnier, évadé, et déporté à Rawa Ruska devrait-il se repentir pour le comportement des gendarmes français(1) qui l'ont repris en France et remis aux autorités d'occupation ?

    1) la majuscule est volontairement omise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas besoin de majuscules aux adjectifs de nationalite, en francais.

      Supprimer
  8. Cela ne m'étonne pas d'un défenseur de Papon
    Que pensez-vous de la rafle de Vel d'Hiv? les chiffres sont gonflés?

    Il faut revoir vos sources Monsieur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et vous, quelles sont vos sources ?

      Supprimer
    2. ll parait nécessaire devant une falsification d'un fait historique à des fins de manipulation idéologique , qu'une procédure pour mensonge avéré soit engagée à l'encontre de cette personne qui occupe les fonctions de Président de la République Française : comment lui faire confiance ? Il salit la France.

      Supprimer
  9. Bonjour M. Lugan,

    Comme il est dit dans le commentaire ci-dessus, les "journalistes de talk-show" propagent depuis ce matin l’affirmation suivant laquelle les historiens attestent qu'il y a eu un massacre de plusieurs dizaines voire plusieurs centaines d'Algériens.
    Sur RMC on a pu même entendre le "témoignage" d'un chibani qui affirme que des Algériens ont été jetés dans la Seine après avoir eu les mains liées dans le dos.

    RépondreSupprimer
  10. On peut écrire tout les livres que l’ont veut, cela ne change rien à la réalité et aux témoignages de ceux qui ont vécu ses évènements du mauvais côté.
    Des livres, il y en a aussi sur Dieu et les extraterrestres, ce n'est pas pour autant qu'ils prouvent leurs existences.
    Mr Lugan, je me demande ce qui fait de vous un si "grand ami" de l'Algérie? il faut accepter l'histoire et la défaite. L'empire colonial est mort et ne reviendra jamais, c'est triste mais c'est comme ça.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A oui, l'empire colonial est mort ? que faîtes-vous des îles de la Réunion, Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin, la Corse même, etc etc.....!

      Supprimer
  11. Bravo de ne pas mettre en doute les chiffres de la police et de l'institut médico-légal qui, comme chacun le sait, sont tout à fait objectifs puisque ce deux entités ne dépendent absolument pas du pouvoir politique.

    RépondreSupprimer
  12. Selon une source du Rapport commandé par Jospin, tous les noyés n'étaient vraisemblablement pas des victimes des rivalités entre MNA et FLN. Il n'est donc pas absurde de les intégrer au décompte, au moins en partie

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir tout le monde article très intéressent comme d'habitude, étant d'origine Kabyle, il m'est arrivée parfois de parler à d'ancien militant du FLN France, d’après ceux que j'ai compris de ceux que mon voisin m'a dis c'est qu'ils ont profiter du 17 octobre pour ce débarrasser de plein de cadavre soit des harkis ou des partisans de messali ou même des gens qui refuser de payer l’impôt révolutionnaire.

    RépondreSupprimer
  15. A tant que faire de la repentance, M Hollande pourrait aussi reconnaitre la responsabilité de l'Etat Français dans le massacre de la rue d'Isly à l'occasion de cette même guerre d'Algérie. Mais comme il s'agissait d'une manifestation contre et non pour l'indépendance et que les victimes étaient surtout des pied-noirs, je présume que nous pouvons attendre encore.
    Toujours la repentance et l'Histoire à sens unique.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,


    Admettons la fourchette très haute de 30 à 50 pour le 17 octobre.

    Mais il y a un certain "père spirituel" de M. Hollande dont le bilan est parfaitement connu : 45 terroristes FLN guillotinés par François Mitterrand alors Ministre de la Justice ...

    C'est "bien" de salir la France , toutes personnes confondues , pour le 17 octobre mais quand M. Hollande examinera-t-il les responsabilités de Mitterrand dans une répression d'ampleur comparable , d'un Mitterrand alors lucide sur la barbarie FLN ???

    Merci Adienes Refes et à Kabyliste de parler en vérité qui est ce que nous recherchons tous ...

    RépondreSupprimer
  17. Qu'il y ait eu beaucoup ou peu de morts, une chose est certaine c'est que des algériens ont été noyés dans la seine. Le reste que l'on soit d'un côté ou de l'autre ne sert à rien 50 ans après. Soyons sérieux M. Lugan. Vous êtes de quel côté ?

    RépondreSupprimer
  18. Bravo M. Lugan.
    Bien entendu la période coloniale ne reviendra pas. Mais qu'est ce que cela change à la proclamation de la Vérité ? Nous sommes les futurs colonisés, et le régime qu'on nous imposera sera bien moins bienveillant que celui qu'on avait organisé en Afrique. Que les esprits chagrins aillent parler SUR PLACE au peuple algérien, sénégalais...etc pour se faire une réelle opinion de la présence française. Ce sera autrement instructif que de lire Libération ou Le Monde au coin du feu.

    DN

    RépondreSupprimer
  19. HOCINE LOUANCHI : harkis -lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer
  20. Très bon article de Mr Lugan, comme à l'accoutumé devrais je ajouter.
    Merci de partager vos connaissances.

    RépondreSupprimer
  21. Le rapport rédigé par la commission "Jospin" utilise comme principales sources nouvelles des rapports de la préfecture de police. Donc, d'après vous, dans l'hypothèse où les crimes auraient eu lieu, la police se serait empressée de faire des rapports précis et circonstancié de chacune de leurs exactions. Et donc, comme ces rapports de police ne contiennent par de description de ces crimes, ils n'ont pas eu lieu. Bravo, superbe analyse.

    RépondreSupprimer
  22. Ne soyons pas naïf...il y a du gaz dans l'eau!

    RépondreSupprimer
  23. Les chefs d'états africains ont pour habitude d'humilier leurs homologues occidentaux pour des raisons d'argent (Les courbettes pour obtenir des valises de billets) Cette affaire ne serait-elle pas une "courbette" de plus pour obtenir l'exclusivité du gaz qui nous est particulièrement nécessaire?

    RépondreSupprimer
  24. " il m'est arrivée parfois de parler à d'ancien militant du FLN France, d’après ceux que j'ai compris de ceux que mon voisin m'a dis"

    Donc votre possible mécompréhension du témoignage rapporté par une personne qui a eu son information par ouï-dires d'un combattant du FLN est une source historique sûre et certaine ? J'en reste bouche bée...

    Pour ce qui est du fond de l'article, je viens de lire la conclusion du rapport de 1998 (disponible ici : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/984000823/index.shtml) et en aucun cas celui-ci ne remet en cause la possibilité d'une répression féroce et la probable existence de morts de manifestants dus aux actions de la police française.

    Je cite le texte (p. 19) : "Parmi ces chiffres, celui des morts serait le plus significatif s’il pouvait être donné
    avec assurance. Tel n’est pas le cas. Mais à supposer même que l’on ajoute au bilan officiel de sept morts la totalité des vingt-cinq cas figurant à l’annexe III, et que l’on considère que
    les facteurs d’incertitude, et notamment ceux qui tiennent aux limites géographiques de l’étude, justifient une certaine majoration, on reste au niveau des dizaines, ce qui est
    considérable, mais très inférieur aux quelques centaines de victimes dont il a parfois été question."

    On voit très bien que les auteurs remettent seulement en question le nombre de morts imputables à la Police française, mais en aucun cas le fait qu'à la fin du 17 octobre 1961 une partie de la Police française avait du sang sur les mains.

    RépondreSupprimer
  25. A quand la repentance des Musulmans pour les millions d'esclaves "noires" d'Afrique, mais aussi d’esclaves "blancs" d'Europe?

    A quand la repentance des Juifs pour les millions d'esclaves "noires" d'Afrique?

    A quand la repentance des élites qui se cachent derrière les peuples?

    Que la famille de Hollande et Sarkozy aient commis des crimes n'implique pas le peuple de France;

    Que les élites Musulmanes aient commis des crimes n'implique pas le peuple Musulman;

    Que les élites Juives aient commis des crimes n'implique pas le peuple Juif.

    A quand la repentance des crapauds pour avoir mangés des milliards d'insectes?






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. citation :
      Que les élites Musulmanes aient commis des crimes n'implique pas le peuple Musulman.

      Je pense que si, en partie. Car lorsque les fanatiques musulmans assassinent ou détruisent au nom de Dieu je n'entends pas les foules de croyants protester ni manifester la moindre réprobation contre les massacres et exactions.

      Pour moi la foule bêlante des moutons musulmans qui ne dit rien approuve ces actes.

      Supprimer
    2. La haine vous fais réagir !!!

      La plupart des Algeriens ont fait la guerre pour leur dignité et pas pour MOhamed le saoudiens !
      El Qaïda est une création purement américaines, et la guerre d'Algerie est mené par des berbères !!!

      Un peuple que vous continuez à ignorer, le berbère est un homme libre et nord africain !

      Supprimer
  26. lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer
  27. Pour ma part j'ai eu l'honneur de servir dans la gendarmerie depuis le début des années 70 (j'était jeune Gendarme Mobile ) il restait encore quelques anciens (peu)ayant connu cette période ou de plus jeunes ayant entendu parler des anciens de l'après guerre.

    Lors d'encadrement de manifestations sur l’île de la cité nous avons eu l'occasion de "travailler" en corrélation avec les CRS et la PP.
    Certains nous ont relaté les faits.

    A un moment donné les manifestants ont été pris en sandwich entre les forces de police et celles de Gendarmerie Mobile sur un pont de la seine. Selon les gardiens de la paix ayant participé à ce service
    de nombreux manifestants auraient eux même sauté dans la seine pour échapper à une arrestation.

    Je n'ai aucune raison de mettre ces déclarations en doute. En effet dans ces années là les gardiens de la paix n'avaient aucune honte de rapporter des faits qu'ils avaient commis sous "l'ordre de la loi et le commandement de l'autorité légitime" ou presque si j'ose m'exprimer ainsi. D'autant que les manifestants étaient des gens qui soutenaient des fellagas assassins de Français d'outre-mer, civils et militaires.

    RépondreSupprimer
  28. on a fait un très long travail de recherche sur ces évènements, si quelqu'un s'y intéresse : http://madmagz.com/fr/magazine/189330

    RépondreSupprimer