jeudi 2 juin 2011

L’Afrique n’est plus le (seul) berceau de l’Homme moderne

Déclarant à la revue Science et Avenir (n° 772, juin 2011) que « L’Afrique n’est pas le seul berceau de l’Homme moderne », Yves Coppens fait voler en éclats le postulat de l’exclusivité des origines africaines de l’humanité. Il évacue également d’une phrase plusieurs dizaines d’années d’un hallucinant « bourrage de crâne » scientifique construit autour du paradigme du « Out of Africa ». Pour mémoire, selon ce dernier, les Homo sapiens seraient sortis d’Afrique sous leur forme moderne entre moins 100 000 ans et moins 60 000 ans, et ils auraient partout remplacé les populations antérieures, ce qui fait que nous sommes tous des Africains...

C’est en prenant en compte les découvertes récentes qu’Yves Coppens a radicalement révisé ses anciennes certitudes. Désormais, pour lui, ni l’Homme moderne européen, ni l’Homme moderne asiatique ne descendent de l’Homme moderne africain puisqu’il écrit : « Je ne crois pas que les hommes modernes aient surgi d’Afrique il y a 100 000 à 60 000 ans (…) Je pense que les Homo sapiens d’Extrême-Orient sont les descendants des Homo erectus d’Extrême-Orient ». Comment serait-il d’ailleurs possible de continuer à soutenir que les Asiatiques ont une origine africaine quand, dans une Chine peuplée en continu depuis 2 millions d’années, les découvertes s’accumulent qui mettent en évidence la transition entre les hommes dits archaïques et l’Homme moderne dont les Chinois actuels sont les très probables descendants (Dong, 2008 : 48)[1]. Il en est de même avec les Européens. Les importantes découvertes archéologiques qui ont permis une totale révision des modèles anciens ne sont pas des nouveautés pour les lecteurs de l’Afrique Réelle. Dans un dossier publié dans le numéro 11 du mois de novembre 2010[2], il a ainsi été montré que l’Homme moderne, qu’il soit asiatique, européen ou africain est issu de souches locales d’hominisation ayant évolué in situ. Un peu partout dans le monde, nous voyons en effet et clairement des Homo erectus se « sapiensiser » et donner naissance à des lignées locales, peut-être les plus lointains marqueurs des « races » actuelles. Ces « sapiensisations » observables à la fois en Asie, en Europe, dans le monde méditerranéen et en Afrique, réduisent à néant le postulat du diffusionnisme au profit de l’hypothèse multi régionaliste que je défends depuis de nombreuses années[3]. Les découvertes qui s’accumulent, de la Georgie[4] à l’Espagne[5], de la Chine au Maroc ou encore d’Israël à l’Australie et à la Mongolie vont ainsi toutes dans le sens d’hominisations indépendantes de (ou des) l’hominisation africaine. Cette déferlante ayant fait céder les fragiles digues dressées par la pensée unique, ses derniers défenseurs en sont réduits à jongler avec les faits. Le célèbre généticien André Langaney n’a ainsi plus qu’un pauvre argument à opposer aux nombreuses et très sérieuses études faites en Chine puisqu'il ne craint pas d'écrire : « Des scientifiques orientaux au nationalisme mal placé veulent à toute force que l’homme de Pékin ou d’autres fossiles chinois soient leurs ancêtres » (Sciences et Avenir, page 63). Fin du débat !

Le dossier de Science et Avenir constitue une étape essentielle dans la libération des esprits car il va toucher le plus grand nombre. En dépit d’inévitables scories idéologiques qui font surface ici ou là, et de concessions appuyées au politiquement correct, sa publication signifie qu’il n’est désormais plus possible de cacher au grand public une vérité que les spécialistes connaissaient mais qu’ils conservaient prudemment dans leurs tiroirs afin de ne pas désespérer le « Billancourt de la paléontologie »… La théorie de « l’Eve africaine » et celle d’ « Out of Africa » peuvent donc être désormais rangées dans le rayon des idéologies défuntes, quelque part entre la « lutte des classes » et le mythe de la « colonisation-pillage ».

Bernard Lugan 
02/06/2011

[1] Dong, W., (2008) « Les premiers hommes vus de Chine ». Les Dossiers de la Recherche, n°32, août 2008, pp. 47-49.
[2] Pour les synthèses les plus récentes, voir l’Afrique Réelle n°11 (novembre 2010) et  Lugan, B., (2009) Histoire de l’Afrique des origines à nos jours. Ellipses, pp.15-19.
[3] Notamment dans un livre paru en 1989 et aujourd’hui dépassé sur plusieurs points qui a pour titre Afrique, l’Histoire à l’endroit.
[4] Lieberman, D.E., ( 2007) « Paleoanthropology : Homing in on early Homo ». Nature, n° 449, 20 septembre 2007, pp. 291-292.
[5] Carbonell, E et alii ., (2008) « The First European ? » Nature, n° 452, 27 mars 2008, pp. 465-469.

29 commentaires:

  1. Reconnaissons à Coppens l'honnêteté de déconstruire en personne, le paradigme qu'il a lui-même largement contribué à créer. Sa capacité à se remettre en cause doit être saluée, d'autant qu'il s'agit d'un revirement complet par rapport à une thése qui a occupé l'essentiel de sa carriére. Bravo Mr Coppens, et merci pour l'ensemble de votre oeuvre.

    RépondreSupprimer
  2. La colonisation n'avait bien pour seuls et uniques buts que de s'approprier les richesses de nations étrangères et de redorer le blason d'un roi.
    Les populations de ces pays ont été détruites physiquement et moralement. Cette destruction morale est toujours d'actualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le colonisateur s'est retiré, mais il nous a laissé un trésor, sa langue Léopold SENGHOR; Ce qui fait qu'aujourd'hui, un Gabonais peut téléphoner à un Sénégalais,et s'entendre avec lui,; ce qui ne serait pas possible si la colonisation n'avait pas eu lieu; Pillage? non écoles. pour mémoire, au Gabon il y a 53 dialectes différents, et tous les pays d'Afrique Noire ont quantité de dialectes, en l'absence d'écriture.

      Supprimer
    2. Nations étrangères ? Ce n'était rien de plus que des espaces géographiques constitué de tribus ici et là à cette époque. L'Europe a civilisé l'Afrique et légué un grand d'héritage que les Africains n'ont jamais été capables d'exploiter correctement.

      Supprimer
    3. Sur cette article il y à vraiment des abrutis.
      Sachez andré baptiste que premièrement il existait des système d'ecritures en afrique noirs bien avant l'arivée des européens, il faut vous CULTIVER.
      Et non la colonisation a tout apporté sauf la paix, selon vous pourquoi plusieurs ethnies se retrouvent sur un même térritoire??
      La colonisation a apporté la guerre elle a detruite des civilisations qui à leur époque etaient prospères, c'est ces civilisations qui comme en europe et en asie auraient pu melanger toute ces ethnies.
      Quand a vous anonyme l'empire du mali etait à son époque l'empire le plus riche du monde, d'autres civilisations existaient, CULTIVEZ APPRENEZ SUR L'AFRIQUE son histoire est bien vaste quand on prend le temps de s'y intéresser.

      Supprimer
    4. Dès que j'ai vu "Bernad Lugan", l'africaniste, à la fin de cet article, je l'ai tout suite pris avec des pincettes.

      Supprimer
  3. Cher Monsieur,

    J'avais l'intention d'acheter "Genes, Peoples, and Languages" de Luigi Luca Cavalli-Sforza. Savez-vous s'il est désormais complètement dépassé, compte tenu des récentes découvertes dont vous parlez ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir !

    Vous rendez hommage à Yves Coppens, sans plus de réflexion ?!

    Je vous trouve très indulgents : depuis des années, ce personnage extrèmement déplaisant, très content de lui, avec un ego surdimensionné, contrôlant son image de "savant" plein de bonhommie, démocratisant la paléontologie pour les masses... a draîné pour continuer à faire perdurer sa théorie du "diffusionnisme" et entretenir sa propre gloire, combien de subventions, venant de nos impôts ? Son salaire annuel ? Il a gagné combien en diffusant ses théories erronées ?

    Il adore la célébrité,laisser son empreinte par l'écrit, livres, articles...

    Il a cabotiné sur les plateaux de télévision, de cinéma !

    Il est devenu indéboulonnable : de combien de jeunes chercheurs, qui n'étaient pas d'accord avec lui, a t'il démoli la carrière ?

    Sa présence massive a empêché des hypothèses nouvelles,immobilisant la recherche en paléontologie, pendant des décennies !

    Le bonhomme est malin : maintenant que sa théorie craque sur toutes les coutures et que le roi Coppens pourrait se retrouver nu, il
    garde la main, pour garder le pouvoir et continuer à trôner sur la couverture des magazines !

    Il devient le fraîchement converti du "multirégionalisme", s'attribuant la gloire des résultats des travaux de paléontologues
    qui oeuvrent dans l'ombre !

    Et c'est ce personnage que vous encensez, remerciez, admirez ???

    Je ne vous comprends pas !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Professeur au collège de France, attaché de recherche du Centre national de la recherche scientifique... Et toi ?

      Supprimer
  5. Monsieur,


    Je ne suis pour ma part aucunement spécialiste de la question, mais pour avoir lu quelques recensions de l'ouvrage en question, j'imagine qu'il demeure largement valable. Restent en effet la génétique des populations, qui donnent des résultats indépendamment du paradigme adopté et même des concepts acceptés ou non (par exemple: peut-on parler de race, et si oui en quel sens ? - question au coeur du livre me semble-t-il). Ainsi, vous trouverez sans doute des indicateurs, des différentes constatées au plan génétique entre les grands espaces de peuplement.

    Quant à l'interprétation donnée, je ne peux me prononcer.

    Wirz

    RépondreSupprimer
  6. Et si,au lieu de vouloir savoir à tout prix d'ou nous venons;on essayait de savoir ou nous allons?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je totalement d'accors avec vous

      Supprimer
  7. "La colonisation n'avait bien pour seuls et uniques buts que de s'approprier les richesses de nations étrangères et de redorer le blason d'un roi."

    La Colonisation française a été entreprise par Jules Ferry sous la Troisième République, contre l'avis des députés royalistes qui y voyaient là le danger d'un retour à l'esclavage. Toutefois, la colonisation a permis de mettre un terme à l'esclavage arabo-musulman.

    "Les populations de ces pays ont été détruites physiquement et moralement. Cette destruction morale est toujours d'actualité."
    Qu'est-ce qui a été détruit au juste? Peut-on admirer des vestiges? Des documents écrits témoins de brillantes civilisations? Des inventions ? Des technologies?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on peut car dans ces territoires ce dressait auparavant de brillantes civilisations, il suffit de chercher pour apprendre que l'economie et la science de ses territoires etait bien plus avancé que nous ne voulons le savoir.
      Il se dressait au benin la plus grande construction artificielle de l'homme ("wall of benin"), la colonisation l'a detruite.
      Il suffit de se cultiver pour apprendre que l'afrique a fait de grandes choses.

      Supprimer
    2. Oui, il y a même des écrits .. Arabe. Quant aux grandes choses, citez une invention?

      Supprimer
    3. Le mur du Bénin ! A ranger avec le monstre du Loch ness ...

      Supprimer
    4. Des écrits arabes puisque les arabes ont réduit en esclavage les noirs d'Afrique. Pas les blancs.

      Supprimer
  8. Mais c'est en sachant d'où l'on vient que l'on va plus sûrement et sagement de l'avant .

    De plus l'avenir n'est pas écrit et moi même m'intéresse plus à la préhistoire qu'au futur . C'est la science,le plaisir de savoir,c'est tout.

    RépondreSupprimer
  9. Je suis surpris que l'on puisse prétendre que des populations distinctes puissent évoluer de manières strictement similaires, à tel point que la descendance mute exactement de la même manière dans chaque point du globe et donne, à de multiples endroits, toujours et encore la même espèce. L'alternative sera d'accréditer l'idée qu'il n'y a pas de réelles barrières entre des espèces proches, et qui resteraient ainsi inter-fécondes très longtemps. Auquel cas, on comprendrait qu'il n'y pas que des races, mais aussi des espèces homo sapiens différentes quoique proches.

    A mon humble avis, le mensonge c'est surtout sur le passé qu'il faut le chercher. Celui-ci n'est pas ce que les chercheurs en disent.
    Rien ne dit d'ailleurs qu'ils aient tout trouvé, loin de là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Mutations Benefiques n'existent tout simplement pas ! il n'existe que des mutations de genes inutiles ou recessifs et les 2 bien evidemment ne se transmettent pas en milieu naturel et donc disparaissent .

      Supprimer
  10. Encore une analyse perspicace de Bernard Lugan !!! Avec une touche d'humour pour la fin "La théorie de « l’Eve africaine » et celle d’ « Out of Africa » peuvent donc être désormais rangées dans le rayon des idéologies défuntes, quelque part entre la « lutte des classes » et le mythe de la « colonisation-pillage »."

    RépondreSupprimer
  11. CLAUDE GERMAIN V .
    Le cher Yves Coppens , grand malin , que dis je IMMENSE MALIN , a su graisser juste a temps la girouette dont il est constitué . Ce monsieur s’étant auto-crée une réputation LUCIE-ferienne depuis des décennies a commencé a sentir le vent tourner , pourquoi ?? pas complique , je ne suis pas paléontologue , je suis un simple d'esprit ;je me suis retrouvé premier en 1963 au Certificat d’étude ,a Biarritz école Jules Ferry ,devant 299 élèves et terminé mes épreuves en 2 heures ,6 a 8 heures en moyenne pour 298 autres , ce qui parait 'il m'aurait donné en 2012 un Q.i de 155 approximativement .
    Nos ancêtres d 'il y a 20000 ans ne sont JAMAIS DE JAMAIS sorti du micro singe africain .Un jour l'humanité saura .......si elle en devient méritante .

    Donc moi pauvre citoyen lambda , j'avais simplement calculé que si le PETIT SINGE LUCIE fut notre ancêtre ( je rigole ) il y a 4 ou 5 millions d'années ou plus ou moins , L' HUMANITÉ ACTUELLEMENT ET OBLIGATOIREMENT aurait du dépasser la pratique de l'antigravitation et même mieux devrait sur le bout des doigts maitriser la machine a voyager dans le temps , et maitriser en jeux d'enfants la courbure de l'espace temps permettant de sortir , a titre d'exemple , de notre galaxie en 5 secondes .. Monsieur Coppens malin tout court ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous faites beaucoup d'affirmations sans réèls preuves, et beaucoup de spéculations, or la science n'est aucune de ces deux choses.

      Supprimer
  12. Le fait que cette article soit encore là me surprent, vu qu'une etude génétique recente sur un virus a validé la theorie out of africa. http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20131023.OBS2232/un-virus-confirme-la-theorie-de-l-out-of-africa.html

    RépondreSupprimer
  13. Je vous conseille cet article fort interéssant, celui ci detruit les dires de ce chère Lugan.
    http://du-cote-de-chez-elysia-chlorotica.blogspot.fr/2011/06/origine-de-lhomme-reponse-bernard-lugan.html

    RépondreSupprimer
  14. Consultez cet article très intéréssant qui repond à bernard lugan, selon moi il detruit ses dires.
    http://du-cote-de-chez-elysia-chlorotica.blogspot.fr/2011/06/origine-de-lhomme-reponse-bernard-lugan.html

    RépondreSupprimer
  15. Avant de traiter les autres d'abrutis, sous anonymat, relisez SHENGOR et l'explorateur BRAZZA, qui découvrant l'Afrique nous a livré impressions et découvertes; de livres point; citez moi un seul ouvrage; agriculture, point; la roue? connait pas. esclavage inter-ethnique, oui; ce pauvre BRAZZA qui achetait des esclaves pour les libérer et s'étonnait de les retrouver par la suite à nouveau repris! voilà la réalité!

    RépondreSupprimer
  16. Diffusionnisme? laissez-moi rire! Le viel africanus aurait 'sauté les désert', 'survolé les montagnes' et 'pourfendu les océans'. Voilà la théorie défendue par Copens depuis des décennies...
    Je ne suis qu'un simple lambda, mais curieux, un peu logique et aussi iconoclaste...un peu. Quel plaisir de démolir les mythes et les légendes.
    Donc je me posais la question suivante:
    - la vie vient de la mer, ça ça semble prouvé, non, après son voyage (éventuel en comète...
    - alors pourquoi aurait-elle décidé de n'évoluer qu'en Afrique de l'est ?
    - un homme chanceux avait découvert un petit tas d'os là-bà, alors il a voulu nous expliquer le monde !

    Mais le monde, lui, il s'en foutait. Partout dans le monde les poissons se sont construit des pattes pour grimper sur terre et se transformer en mamifères.

    Pourquoi plus de fossils en Afrique de l'est ? Simple singularité géologique qui les conservent (presque) indéfiniment.

    Venez me voir Monsieur Copens, je vous tout vous expliquer !

    RépondreSupprimer